Les Merveilles Antiques Romaniens et Hyperboréens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Merveilles Antiques Romaniens et Hyperboréens

Message par Ioannes Rallis le Dim 25 Déc - 23:03

Durant l'antiquité, les éridanais construisirent de majestueux monuments afin de montrer la culture et la magnificence des cités. Ils étaient au nombre de 14, la plupart ont été détruit soit par des causes naturelles, soit par les hommes. Ces Merveilles sont:

Arrow La Pyramide de Khoufou
Arrow Les Jardins Suspendus de Babal
Arrow La Statue de Zos
Arrow Le Temple d'Aritimi
Arrow Le Mausolée d'Halikarnassos
Arrow Le Colosse de Rodos
Arrow Le Phare d'Alexandrie
Arrow Le Parthenon d'Athinai
Arrow Hippodrome de Konstantinopolis
Arrow Basilique de la Sagesse Divine de Konstantinopolis
Arrow Le Temple de Salomon de Solym
Arrow le palais de Knossos
Arrow Le site de Reqem
Arrow La Porte d'Or de Konstantinopolis


La Statue de Zos à Olympia


La statue chryséléphantine, ce terme vient de "chrysos" signifiant or et "éléphantinos" qui veut dire ivoire, c'est à dire que la dite statue à été faite de ces deux matériaux.

Elle représente le Dieu suprême Zos, assis sur un trône, le dieu est couronné d'un rameau d'olivier, il tient dans sa main droite une statuette représentant Niké, Déesse personnifiant la victoire, elle même représentée couronnée d"un bandeau et d'une guirlande. La Main gauche quant à elle tient un sceptre richement décoré sur lequel est perché un aigle. Zos est drapé dans un manteau brodé de figures d'animaux et de fleurs, Zos porte des sandales. Son trône comportait à la fois une décoration sculptées et incrustées dont des pierres précieuses et de l'ébène et peint. Quatres victoires dansant couronnaient les pieds du trône.

L'ivoire fut servi pour recouvrir les parties nues dont la peau et le manteau, le sceptre, les sandales furent recouvertes d'or.

Construit entre - 456 et -437 par le sculpteur Phidias, la statue mesurait entre douze et dix huit metres de haut, dont un metre pour la base et deux métres pour le piédestal. Un temple fut construit tout autour de la statue afin d'honorer Zos. Au Véme Siécle avant Iesos, le temple brûla, et la statue fut alors transférer à Konstantinopolis ou elle fut détruite elle aussi par un incendie criminel en 461.


Le Temple d'Aritimi ou Aritimision à Ephèse


L'Aritimision fut construit pour rendre hommage à la Déesse Aritimi. Ce temple fut construit entre 560 et 540 avant Iesos par les architectes Théodore de Samos, Ctésiphon et Metagenès.

Il fut construit sur l'emplacement d'un temple qui faissait 155 metres de long et 60 métres de large. Ce premier temple comptait 127 colonnes, portant chacune des reliers sculptés, et un escalier le tout en marbre. Ce temple fut incendié vers -356 selon la légende il fut incendié le jour de la naissance d'Alexandros le Grand.

Alexandros chargea l'architecte Dinocratès de restaurer le temple d'Aritimi. L'édifice fut plus somptueux que le précédent long de 138 métres, large de 71,5 métres, il était entouré de 127 colonnes parées d'or de 19,5 métres de haut. Ces dernières étaient ornées de scènes à caractère mythologique sur leur partie inférieure.

A l'intérieur la statue d'Aritimi était représentée entourée de symboles de la fertilité, et ornée d’une rangée de seins.

Le temple fut achevé dans le courant du III° siècle avant Iesos. Cependant, la ville perdant de son importance au fil des siècles, le temple fut peu à peu abandonné. IL fut pillé au cours du I° siècle après Iesos. Puis, les sanctuaire fut saccagé par des Gutars en 262 après Iesos.

Finalement, endommagé par plusieurs tremblements de terre, le temple fut fermé, comme tous les autres temples païens, par l’édit de Théodose.

Au Veme siècle, il fut transformé en carrière de pierres, et servit à la construction de plusieurs églises.

_________________
Sa Grâce Ioannès Rallis

Duc de Rallis et du Tsarat;
Duc de Fouq;
Marquis de Vylleine et du Tsarat;
Marquis de Luydres;
Comte d'Aveysan et du Tsarat;
Comte d'Auzaunne;
Vicomte de l'Hausbépine et du Tsarat;
Vicomte de Dentelain;
Baron de Quandale;
Chevalier de la Valette;
Protoasékretis;
Grand Maitre des Ordres Impériaux;
Président du Boulé;
avatar
Ioannes Rallis
Admin

Date d'inscription : 01/11/2016
Messages : 199
Localisation : Byzas
Age : 57

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Merveilles Antiques Romaniens et Hyperboréens

Message par Ioannes Rallis le Dim 25 Déc - 23:03

Le Mausolée d'Halikarnassos


Ce monument est un tombeau du Satrape Mausole de Carie. Selon la légende c'est la soeur et veuve de Mausole,Artemise II, qui veut construire un monument exceptionnel à c'est probable que le monument fut commencé du vivant même de Mausole. Il fut achevé en 350 avant Iesos, soit un an après la mort d'Artémise II. On ne sait pas par qui il fut achevé, peut-être par le frère de Mausole, peut-être par Alexandros le Grand, peut-être même ne fut-il jamais achevé.

Le bâtiment aurait été conçu par Satyros et Pythéos de Priène. Les plus grands artistes contemporains furent requis pour la construction du Mausolée.

Le Mausolée reposait sur une substruction rectangulaire, entourée d'une enceinte sacrée ouverte à l'est par un propylée. La substruction était surmontée de 36 colonnes, supportant une pyramide de 24 degrés, au sommet de laquelle se trouvait un quadrige en marbre.

Il resta en bon état jusqu'au XIIe siècle puis, faute d'entretien, il tomba en ruine.  Il servit de carrière, puis divers tremblements de terre finirent la destruction de l’édifice.


Colosse de Rodos


Le Colosse est une représentation du Dieu du Soleil Hélios. La statue fut édifiée entre 304 et 292 avant Iesos par Charès de Lindos et est  fut édifiée pour commémorer la résistance des Rodiens à Antigone Monophtalmos (‘le borgne’.), un des généraux d’Alexandros le Grand.

La statue était intégralement constituée de bois et de cuivre. La structure étant de bois, elle fut recouverte ensuite d’immenses plaques de cuivre. La fonderie de l'île ne suffisant pas à assumer les besoins d'une telle entreprise, du cuivre fut importé en grande quantités.

Le colosse mesurait 32 mètres de haut. D’une main, il tenait un flambeau qu’il pointait vers le ciel ; de l’autre, il s’appuyait sur un javelot.

Cependant, le colosse de Rodos ne resta pas intact longtemps, car il fut renversé en 227 avant Iesos par un tremblement de terre (il fut brisé au niveau des genoux.).

L’oracle de Delphes déclara que la statue ne devait pas être redressée, et les Rodiens obéirent. Cette dernière resta à terre jusqu’au VII° siècle après Iesos, soit pendant près de 800 ans.

C’est alors que les Halaouites envahirent Rodos et la pillèrent. Ils vendirent ensuite les plaques de bronze restantes à un marchand habrahamiste d’Éphèse. Ces restes représentaient, selon les sources, près de 20 tonnes de bronze, et il aurait fallu 900 chameaux pour l’acheminer à bon port.

Phare d'Alexandrie


Sa construction aurait débuté entre 299 et 289 avant Iesos et la construction aurait duré une quinzaine d'années. Les travaux sont initiés par Ptolémée Ier mais celui-ci meurt avant la fin du chantier qui est achevé sous le règne de son fils Ptolémée II. Le site choisi pour la construction du phare est la pointe de l'île de Pharos, L'architecte de cet oeuvre est Sôstratos fils de Dexiphanès de Cnide. Les nombreux tremblements de terre qui ont eu lieu dans la région entre le IVe siècle et le XIVe siècle ont peu à peu endommagé le phare qui a été presque entièrement détruit en 1303. Le phare a dû rester dans cet état jusqu'à la fin du XVe siècle quand le sultan Al-Achrâf Sayf ad-Dîn Qait Bay, un des derniers souverains halaouiste, y ordonna la construction d'une citadelle dans le but de protéger la ville.

Le phare avait les caractéristiques suivantes:  
un bâtiment à trois étages :
une base carrée légèrement pyramidale,
une colonne octogonale,
une petite tour ronde distale surmontée d'une statue,

le tout pour une hauteur d'environ 135 m. Le rayon de visibilité s'étendait sur environ 50 km.

La base devait mesurer environ 70 m de hauteur sur 30 m de côté. On y accédait par une rampe à arcades. Une cinquantaine de pièces servant d'habitation au personnel chargé de l'entretien du phare ou d'entrepôt de combustible étaient aménagées tout autour d'une rampe intérieure, ce qui explique les fenêtres asymétriques qui suivaient l'axe de la rampe, assez large pour livrer passage aux bêtes de somme chargées d'acheminer le combustible. Elle donnait accès à une sorte de terrasse munie d'une rambarde de 2,30 m de haut entourée de quatre tritons soufflant dans des cornes, un à chaque coin de la terrasse.

Le deuxième étage était de forme octogonale et mesurait 34 m de hauteur et 18,30 m de largeur. Il comportait un escalier intérieur qui menait au troisième étage. Celui-ci était circulaire et ne mesurait que 9 m de hauteur. Il contenait lui aussi un escalier de 18 marches.

La Pyramide de Khoufou


La Pyramide de Khoufou est un monument funéraire, et est la sépulture du pharaon Khoufou. Cette pyramide à base carrée de 137 m de hauteur, fut édifiée vers 2560 avant Iesos, sous la IVe dynastie, au centre d'un vaste complexe funéraire se situant à Gizeh en Bas-Kemet.

La Pyramide en quelques chiffres:

Base de la pyramide : 440 coudées royales anciennes, soit environ 230,5 mètres. Valeurs empiriques d'aujourd'hui au sud : 230,454 m ; nord : 230,253 m ; ouest : 230,357 m ; est : 230,394 m ;
Hauteur initiale : 280 coudées royales anciennes, soit environ 146,7 mètres, mais sa hauteur réelle: 137 mètres;
Périmètre : 922 m ;
Surface : 53 056 m2 ;
Volume : 2 592 341 m3 ;
Masse : 5 000 000 t3 ;
Orientation : faces orientées sur les quatre points cardinaux (erreur: ~ 3') ;
Masse par bloc : chaque bloc de pierre calcaire polie pèse en moyenne 2,5 t ;

Les jardins suspendus de Babal


Les jardins suspendus de Babal (ou jardins suspendus de Sémiramis), furent  construit au VI° siècle avant Iesos par le roi Achéménides, Nabuchodonosor II, qui régnait alors à Babal. Ce dernier fit construire les jardins suspendus pour rappeler à son épouse, Amytis, la végétation des montagnes de son pays d’origine.
Selon d’autres sources, se rapprochant plus de la légende que de la réalité, les jardins auraient été construits par la reine Sémiramis, épouse de Ninus, roi de Ninive.

Le fait est que cette merveille est la seule à ne pas avoir d’existence officielle. En effet, aucune trace archéologique n’a pu aujourd’hui confirmer que les jardins ont bel et bien existé. En outre, l’existence de cet édifice n’est relatée que par des textes tylisiens, mais jamais par des textes babaliens.

Des fruits et des fleurs, des cascades, des animaux sauvages, des terrasses, c'est ainsi que les historiens antiques et les poètes tylisiens décrivaient les Jardins Suspendus de Babal. Or peut-être, ces jardins n'ont jamais existé, sauf dans leur imagination.

Hauts de 23 à 92 mètres, les Jardins de Babal étaient composés de plusieurs étages en terrasses, reliés par un grand escalier de marbre. L’édifice était soutenu par des voûtes et des piliers de brique. L’eau était ramenée du Tigre Majeur, et remontait jusqu’au étages à l’aide d’un savant montage hydraulique.

Les descriptions détaillées proviennent de sources tylisiennes, comme celles des écrits de Strabon ou encore de Philon de Byzas que l'on peut lire ci-dessous :
"Les Jardins étaient construits en forme de pyramide, chaque escalier formant ainsi une terrasse. Les fleurs et arbres qui y poussaient, cachaient les fondements du site ce qui fait qu'on aurait dit que les Jardins flottaient dans l'air sans support quelconque, d'où son nom de Jardins Suspendus."

_________________
Sa Grâce Ioannès Rallis

Duc de Rallis et du Tsarat;
Duc de Fouq;
Marquis de Vylleine et du Tsarat;
Marquis de Luydres;
Comte d'Aveysan et du Tsarat;
Comte d'Auzaunne;
Vicomte de l'Hausbépine et du Tsarat;
Vicomte de Dentelain;
Baron de Quandale;
Chevalier de la Valette;
Protoasékretis;
Grand Maitre des Ordres Impériaux;
Président du Boulé;
avatar
Ioannes Rallis
Admin

Date d'inscription : 01/11/2016
Messages : 199
Localisation : Byzas
Age : 57

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Merveilles Antiques Romaniens et Hyperboréens

Message par Ioannes Rallis le Dim 25 Déc - 23:06

Site de Reqem


Crée vers la fin du VIIIème Siécle avant Iesos, par les édomites, était un point de passage important des caravanes transportant l'encens, les épices et d'autres produits précieux entre Kemet et l'Assurie.

Reqem était  une ville troglodyte située au milieu d'escarpements rocheux, la pierre est visible partout sur le site. Celle-ci est composée de grès, roche détritique issue de l’agrégation et la cémentation (ou diagenèse) de grains de sable. Il s'agit d'une roche cohérente5. Elle est organisée en strates qui offrent parfois des déclinaisons de couleurs chatoyantes (allant du jaune au violet en passant par le rose) renforcées par l'intensité de la lumière, particulièrement en fin d'après-midi.

Reqem étant situé dans une zone à forte sismicité, la ville fut endommagé durant les IVème, V ème, et  VI ème siècle. La nappe phréatique d'eau salée située en dessous de Pétra remonte et dégrade les monuments à leur base.


Temples d'Abou Simbel


Construit par le Pharaon de Kemet Ramesses II dit le Grand construit vers 1200 Avant Iesos, il concentre deux temples, pour célébrer le pharaon et son Epouse Royale et  les dieux.

Le Grand temple est un hémispéos ( temple construit dans la roche)  voué à honorer les Dieux et le Pharaon Ramesses II, taillé dans le grès de la roche pour sa majeure partie, y compris la façade composée de quatre statues colossales de Ramesses II assis ainsi que d'autres statues, bas-reliefs et frises. Les parties non taillées dans la roche sont un péribole et un pylône en briques de limon du Nil.

Le Petit temple est voué à honorer la Grand Epouse Royale de Pharaon Meryenmout est un spéos. Il est taillé dans la roche en totalité, y compris la façade composée de six statues colossales de Ramesses II et de Meryenmout ainsi que d'autres statues, bas-reliefs et frises.

Basilique Sainte Sagesse


Construite et voulue  par le Basileus Konstantinos, le chantier débuta en 330, suite à la convertion de Konstantinos à la Catharodoxie.

Au début il s'agit d'une eglise de pierre dont le toit fut recouvert de bois. Au VèmeSiècle l'eglise fut incendié, et reconstruite aussitôt, mais le sort funeste s'acharne et au VIème Siècle, un gigantesque ncendie touche Byzas, mais aussi la basilique.

Le Basileus Ioustinianos   décide de reconstruire la basilique  mais plus grande et plus majestueuse. Au VIIème Siècle, touché par deux tremblements de terre, la coupole s'écroule. Le Tsar ordonne la refection immédiate de l'édifice.

La Basilique est à ce jour la plus grande basilique catharodoxe..

Temple de Salomon à Solym



Salomon  est le deuxième fils que le roi David eut de sa femme, Bethsabée.
Ce prénom vient de l’hébreu «Shalom» et signifie «Paix», ou plutôt "complétude", état qui n’est atteint que dans la paix. Son règne marque une période de paix, de prospérité et d’abondance.

C’est dans sa quatrième année de règne que Salomon se mit à bâtir le temple, qui fut achevé en sept ans et demi. Le roi bâtisseur fait ériger dans sa capitale des édifices colossaux (le Temple, le palais royal et les fortifications de Solym). Il a été entièrement détruit par Nabuchodonosor II en -607. Le Temple de Salomon abritait dans son Saint des Saints, l’Arche d’Alliance et était couvert d’or.

Le Second Temple fut construit sur les ruines du temple de Salomon au retour de la captivité des hébraistes à Babal, vers -536. Il fut terminé le 12 mars -515.
Le Temple d’Hérode fut une extension massive du second Temple, y compris une rénovation du Mont du Temple. La construction  fut initiée par Hérode Ier le Grand vers -19. Ce Temple fut détruit par Titus en 70.

Palais de Knossos


Knossos est une cité de Krete, dans la plaine du Kairatos, sur la route qui traverse l'île en son milieu du Sud au Nord.

Connue par Homère comme la capitale du roi mythique Minos, qui donnera son nom à la civilisation minoenne, elle est aux époques classique  une des grandes cités de la Krete.

C'est au bronze moyen qu'est construit le Premier Palais, : l'architecture du temps est mieux représentée à Phaistos et surtout à Malia. Mais ce niveau a également livré des objets de luxe (en or, ivoire) et une céramique particulièrement fine, au décor très coloré, la céramique.

Les premiers palais disparaissent, dans toute la Crète, vers 1 750 av. Iesos., pour des raisons qui restent inconnues. Après une période de stagnation, ils sont reconstruits selon un plan canonique : la cour centrale avait une fonction religieuse importante, servant d'arène aux fameux jeux tauromachiques connus par plusieurs fresques ; les magasins recevaient l'huile, les grains et les autres produits dus par les paysans ; des salles en sous-sol abritaient les serpents sacrés ; enfin des salles d'apparat, dont la salle du trône, et des appartements pour Minos et sa famille. L'ensemble se développe sur plusieurs hectares et parfois sur cinq étages.

Le palais fut détruit pour des raisons inconnue et à une date inconnue .

HIPPODROME DE BYZAS


L'hippodrome est une arène hippique, datant de l'antiquité ou se déroulaient  des courses hippiques et des événements festifs.

L'hippodrome de Byzas est en forme d'épingle à cheveux, l'édifice comprend une arène bordée de gradins formant une courbe semi-circulaire à son extrémité sud-ouest (la sphendonè) tandis que l'extrémité nord-est est occupée par les carceres (en grec, kankella ou aussi thyrai), les stalles de départ des chars, au nombre de douze. L'arène est divisée en deux pistes par une barrière, la spina (en grec, euripos), sur laquelle se dressaient de nombreuses colonnes et statues.

Les gradins étaient aménagés sur des passages voûtés faisant le tour de l'arène, excepté du côté des carceres. Au sommet des gradins courait un long portique. Légèrement excentré vers le sud du côté oriental des gradins se trouvait le Kathisma (en) (en grec), la loge monumentale du Tsar. Cette structure à deux niveaux comprenait, outre la loge proprement dite, une salle de réception, et communiquait directement avec le Grand palais situé immédiatement à l'est, par un escalier en colimaçon (en grec, kochlias) dont l'accès était barré par deux portes de bronze.

La longueur totale de l'édifice n'est approximativement de longueur de  450 mètres, une  largeur de  117,50 m pour la largeur extérieure, et 79,50 m pour la largeur intérieure1.

On estime la capacité d'accueil de l'édifice de 30 à 50 000 spectateurs environ.

PORTE D'OR DE BYZAS


La porte, construite à l'aide de larges blocs de marbre blanc poli qui tiennent ensemble sans ciment, a la forme d'une arche triomphale avec trois portes, celle du milieu étant plus large que les deux autres. La porte est flanquée par deux grandes tours carrées, formant les 9e et 10e tours du mur intérieur de Théodose. A l'exception de la porte centrale, la porte reste ouverte au trafic journalier. La structure est richement décorée avec de nombreuses statues dont une de Théodose Ier sur un quadrige conduit par un éléphant au sommet de la porte. Parmi les autres sculptures, on peut noter une grande croix, une allégorie de la victoire, et une statue de Fortuna couronnée. En 965, Nicéphore II Phocas installe les portes en bronze venant de la cité de Mopsueste à la place des portes originelles.

La principale porte est protégée par un mur extérieur percé par une porte. Celle-ci est par la suite flanquée par un ensemble de reliefs en marbre réutilisés. Ces reliefs sont arrangés en deux niveaux et présente des scènes mythologiques dont les Travaux d'Hercules, la porte extérieure est aussi surmontée par une statue de la Victoire portant une couronne.

En dépit de son rôle cérémoniel, la Porte d'Or est l'une des positions les plus puissantes de l'enceinte de Byzas. Plusieurs assauts y sont repoussés lors de différents sièges. Grâce à la présence de murs transversaux au sein du peribolos séparant le mur intérieur et le mur extérieur, le complexe forme une véritable forteresse séparée, capable de stocker des provisions pour trois ans et de défier la cité entière si nécessaire. Jean V  restaure et agrandit la forteresse, érigeant deux tours derrière la porte et rallongeant un mur de 350 mètres jusqu'au rempart maritime. Cela aboutit à la création d'une enceinte fortifiée séparée à l'intérieur même de la cité, pouvant servir d'ultime refuge.

_________________
Sa Grâce Ioannès Rallis

Duc de Rallis et du Tsarat;
Duc de Fouq;
Marquis de Vylleine et du Tsarat;
Marquis de Luydres;
Comte d'Aveysan et du Tsarat;
Comte d'Auzaunne;
Vicomte de l'Hausbépine et du Tsarat;
Vicomte de Dentelain;
Baron de Quandale;
Chevalier de la Valette;
Protoasékretis;
Grand Maitre des Ordres Impériaux;
Président du Boulé;
avatar
Ioannes Rallis
Admin

Date d'inscription : 01/11/2016
Messages : 199
Localisation : Byzas
Age : 57

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Merveilles Antiques Romaniens et Hyperboréens

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum